Mur de Zermatt : premiers parpaings contre la liberté

Pour ridicules qu’elles sont, les images n’en sont pas moins glaçantes, il faut voir  trottiner cette maréchaussée de bourgade, tout juste bonne à faire régner la loi sur les parkings, au pas de charge, dans ses tricots bleu pétrole, armée et masquée, à près de vingt et trois paniers à salade pour aller serrer autant de dangereux restaurateurs coupables, après deux ans de disette organisée, d’avoir voulu restaurer.


Cet article est réservé aux donateurs
Faire un don
Se connecter