Grève de la faim contre la dépossession – Jour 4 [- 3 kg]: La ligne de front

Petit préambule – puisque cette grève promet d’être longue, le président de la commune de Sion, M. Philippe Varone, passant devant le piquet sans un regard et sans un mot -, à l’adresse de tous ceux qui ont la bonté de s’inquiéter que l’on ait bien pris toutes les mesures possibles et imaginables avant que de succomber à cette extrémité.

La réponse est oui. Les premières tentatives de conciliation remontent à 2019, le 29 septembre 2022, la chancellerie a réclamé encore plus de temps pour nous répondre ; on a compris.

Alors, certes, l’on ne s’est pas rué dans les tribunaux – conscients qu’en Valais, tout ce qui n’est pas l’Etat perd, systématiquement, de droit divin – par naïveté, sans doute, pour ne pas commettre d’acte de guerre, certainement, et, peut-être, malgré tout, dans l’espoir subsistant d’une résolution par le dialogue.

Pour tout dire, l’on a même exhumé une procédure immémoriale, la médiation préfectorale, jamais appliquée jusqu’ici, de l’aveu même du préfet du district de Sion qui nous a d’ailleurs très bien reçu.

La commune de Sion a réagi à cette nouvelle tentative par une de ses fausses décisions dont elle a le secret, non qualifiée ni signée, erronée quant aux faits, avec émolument de frais conséquent – prérogative dont elle ne dispose pas – pour bien insister sur son agacement. Facture à payer sans faute pour le… 25 décembre ; bienvenue au pays des crèches.

A nouveau, nous avons écrit pour tenter d’expliquer notre démarche, voire notre incompréhension, la réponse ne permet pas le doute : « Merci de prendre note, à titre personnel, que vous avez usé de ma patience et que dorénavant je vais consacrer mon temps à d’autres administrés de notre Ville » ; dont acte.

Le nœud de ce problème est simplement qu’elle ne veut pas lâcher l’eau, cette “eau de Sion” si précieuse, source de vie et, surtout, d’énergie – rappelons que le président de la Ville de Sion est aussi celui d’OIKEN -, mais qui n’est pas à elle et qu’elle prend, tout simplement, sans demander, par effet de monopole ou au travers d’associations semi-publiques où elle siège toujours en bonne place ; elle ne veut pas rembourser l’argent de cette même eau qu’elle revend ensuite aux propriétaires dont elle vient de les priver ; elle ne veut pas, non plus, enfin, rendre les terrains dont elle dispose allègrement, en toute illégalité, pour accéder à l’eau ou pousser son offre touristique – puisque l’eau c’est aussi de la neige ou des kilomètres de balade – en vue, notamment, d’imposer la très forte augmentation des nuitées dans les communes fusionnées. Toutes choses que nous aurons l’occasion de voir dans le détail.

Adrien de Riedmatten

 

Lire le communiqué de grève.

Pour dire votre façon de penser à notre président, M. Philippe Varone (dans le respect le plus absolu, bien évidemment), c’est par ici : p.varone@sion.ch

 

NB: Vous souhaitez soutenir cette cause, faites un don.

ATTENTION: vous n’êtes pas obligés de suivre le schéma d’adhésion du site, vous pouvez faire des dons dès 1 franc sur le compte directement :

IBAN CH15 8080 8001 4381 6771 5.

Merci à tous !